Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 19:40

PROFILC'est le dernière étape de mon périple sur le Tour 2012. Je suis aux 1ères loges à 2 km du sommet de Peyragudes. A l'inverse d'hier, le temps est maussade: nuages et brouillard. Je ne me plains pas après la chaleur écrasante de la veille. Peu avant midi, le nombre de mes voisins Norvégiens, à l'entrée du virage, a augmenté subitement. Survoltés, ils s'occupent en faisant l'animation, ils chantent en l'honneur de leur champion Boasen Hagen. D'autres loufoques se joignent à eux tels que "Baguette man" et des jeunes Français fortement alcoolisés depuis le matin. De mon côté, je lutte pour préserver un peu de mon "territoire". En vain, impossible de garder ne serait-ce  qu'1 m² ! Côté hygiène, il y a aussi à dire: je surveille afin d'éviter que des gens viennent faire leurs besoins dans mon campement. Le top est quand 2 norvégiennes vont aller faire leurs "grosses commissions" dans les herbes à la vue de beaucoup de personnes. Je vous passe les détails...Depuis que je suis le Tour, c'est la 1ère fois que je suis écoeuré par la caravane. Les gens sont prêts à tout pour attraper le moindre objet jeté par les caravaniers. Il faut vraiment se "battre" pour faire sa place et espérer avoir quelquechose. On est bien loin de l'esprit du Tour de France. Certains n'hésitent même pas à passer devant toi ou à pousser tes affaires qui les gênent.  D'autres t'arrachent des mains une casquette. Enfin, grâce à ma taille, je m'en sors quand même. J'attrape au vol ce que je peux...

La course arrive avec Valverde en tête. L'étape de la veille a laissé des traces. Cavendish chûte 2 fois non loin de mon campement, certainement gêné par la foule de norvégiens ou par un problème technique.

La suite est classique: certaines personnes disparaissent en laissant leur déchets sur la route. Je regarde passer les voiturres pare-chocs contre pare-chocs dans les interminables bouchons. Pour moi, le départ c'est demain matin en direction de Palavas.

Résumé de l'étape:

La dernière étape de montagne du Tour 2012 est revenue à Alejandro Valverde, dont le début de Tour a été perturbé par les chutes. Attaquant à répétition depuis l'entrée du Tour dans les Pyrénées, le leader de Movistar a une nouvelle fois pris sa chance dans l'échappée du jour, pour lâcher ses derniers compagnons de route à 35 kilomètres de l'arrivée, dans les dernières pentes menant au Port de Balès. L'Espagnol s'impose à Peyragudes en résistant au retour du groupe des favoris, et particulièrement de Chris Froome et Bradley Wiggins, qui se sont débarrassés de la concurrence dans la dernière montée, hormis Thibaut Pinot. Thomas Voeckler s'est quant à lui assuré le gain du maillot à pois en contrôlant son unique rival, Fredrik Kessiakoff

 

carte Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7692 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7697 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7698 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7702 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7704 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7705 Résolution de l'écran

 

 

Peyragudes-19-07 7711 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7723 Résolution de l'écran

 

 

 

Peyragudes-19-07 7731 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7732 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7733 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7735 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-19-07 7736 Résolution de l'écran

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 10:12

PROFILAujourd'hui, les coureurs franchissent le col de Peyresourde (1569m) en direction de bagnères-de-luchon. Ils repasseront demain mais dans l'autre sens. De mon campement, je pars en vélo, je monte jusqu'à la station de Peyragudes et redescends sur le col distant de 4-5 km. Il faut passer par "l'ancienne" route menant à la station. Je me poste à 1 km du sommet en plein soleil. La chaleur est écrasante. Je me protège comme je peux des coups de soleil. Tout près de moi, un vrai faux "Don Camillo" bénit les passants à leur demande. Du côté course, je vois passer un Thomas Voeckler en tête. Cela fait plaisir de voir un français attaquer sur un tour sans "relief". Les Pyrénées commencent à faire mal aux jambes. Les écarts seront très importants à l'arivée.

Résumé de l'étape:

Chasseur d'étapes de premier rang, Thomas Voeckler est parti à l'assaut d'une des plus exigeantes de l'édition 2012, avec le franchissement des cols d'Aubisque, du Tourmalet, d'Aspin et de Peyresourde. Engagé dans une échappée de 38 coureurs il a orchestré une sélection au long cours et bataillé pour s'approprier les points de la montagne sur chacune des ascensions. Après avoir éliminé son dernier rival, Brice Feillu, dans l'ascension menant au col de Peyresourde, Voeckler a terminé sa misssion en solitaire. Déjà vainqueur avec le maillot tricolore il y a deux ans à Bagnères-de-Luchon, il y endosse cette fois-ci le maillot à pois, conquis avec 4 points d'avance sur Kessiakoff au final. Entre les favoris, la ligne d'arrivée a acté le recul de Cadel Evans, qui perd près de 5 minutes sur Wiggins dans l'étape du jour. A défaut de faire flancher le Maillot Jaune, Vincenzo Nibali prend de l'assurance en tant que prétendant au podium final.

 

carte Résolution de l'écran

 

peyresourde-18-07 7656 Résolution de l'écran

 

peyresourde-18-07 7657 Résolution de l'écran

 

peyresourde-18-07 7659 Résolution de l'écran

 

peyresourde-18-07 7661 Résolution de l'écran

 

peyresourde-18-07 7663 Résolution de l'écran

 

peyresourde-18-07 7664 Résolution de l'écran

 

 

 

peyresourde-18-07 7682 Résolution de l'écran

 

peyresourde-18-07 7686 Résolution de l'écran

 

 

 

peyresourde-18-07 7689 Résolution de l'écran

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 00:20

Le 15, à la tombée de la nuit, je franchis le col de peyresourde en venant de bagnères-de-luchon. Mon idée est de me positionner entre le col et Peyragudes (distants de 4km) puisque la course passera dans les 2 sens: de pau vers bagnères et de bagnères vers peyragudes. Sur la D618, je ne trouve pas d'emplacement. Je monte en direction de Peyragudes. A la sortie du 1er lacet, j'aperçois un vaste champ peu rempli, avec un comité d'accueil" à l'entrée. Cela n'est pas bon signe par habitude. Je m'y engage pour voir. Je comprends très vite que la place est payante et qu'elle vaut 35 € !!!!  Quelle honte ! Ce n'est pas la 1ère fois que cela se produit dans les pyrénées....Jamais vu dans les Alpes pour l'instant. J'apprendrais plus tard que cela était soi-disant pour une bonne cause....Cela fait quand même cher !!!! La nuit est bien tombée, je me gare à l'intersection de la D618 et de la D619, nouvelle route menant à Peyragudes fraîchement tracée pour le tour. Malheureusement, il y a peu de place et je suis mal garé. On verra demain, il fera jour.

Le lendemain, je déménage et trouve une bonne place finalement à 2 km du sommet de Peyragudes aux 1ères loges pour la dernière étape. Pour l'avant-dernière, je devrais faire 4-5 km en vélo pour rejoindre le col de Peyragudes. C'est un moindre mal. L'avantage est que je n'ai plus à bouger et je serai au calme au moins 2 jours. Cette journée, j'en profite pour m'installer, me reposer, faire le plein d'eau. Dans l'après-midi, des voisins arrivent: un basque indépendantiste, un peu rustique, des jeunes hollandais avec leur chargement de bières et un camping-car de Norvégiens.

Le 17, je me réveille avec un grand soleil. La vue est splendide. Dans la matinée, je monte à la station faire quelques courses: pain, croissant au chocolat et quelques souvenirs. Après une petite sieste, dans une chaleur écrasante, je pars randonner à l'assaut du domaine skiable de Peyragudes. Me voilà, au sommet d'un télésiège intermédiaire. Je domine toute la station et aperçoit le domaine d'agudes qui est relié à celui de Peyragudes. D'en haut, j'observe toute l'effervescence que suscite l'arrivée du tour. Beaucoup de monde commence à arriver et remplir les parkings, gratuits, mis à disposition par la station. Il y a en a 2: un juste au dessus de mon campement et l'autre sur la piste de l'altiport. La journée se termine, je rejoins mon jumpy avec l'envie de rechausser les skis....

 

Peyragudes-16-17-07 7615 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7616 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7618 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7620 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7623 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7626 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7628 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7629 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7632 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7638 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7641 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7642 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7645 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7651 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7654 Résolution de l'écran

 

Peyragudes-16-17-07 7655 Résolution de l'écran

 


Repost 0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 10:22

  PROFIL

Pour cette 1ère étape de montagne des Pyrénées, je suis au "Mur" de Péguère (1315m) le bien nommé avec sa pente de 18% juste avant le sommet. Rarement, j'ai vu autant de monde au sommet d'un col. Il faut jouer des coudes pour se faire une place et pouvoir apercevoir les coureurs. C'est la raison pour laquelle mes photos sont de piètre qualité. Néanmojns, elles restituent l'ambiance lors du passage des coureurs. Que dire de cette étape ? Je retiendrais 2 choses: le passage de Sandy Casar en tête, et la crevaison d'Evans. Après coup, j'apprendrais que quelqu'un a jeté des clous tout près du sommet. Vu la densité de la foule, je n'ai rien vu ! Initialement, j'avais prévu de dormir sur place le soir mais je change d'avis et décide de partir pour ma prochaine étape: le col de peyresourde.

 

Résumé de l'étape:

Une ascension de première catégorie, une longue descente à négocier et une portion plane avant de rejoindre l'arrivée : voilà le profil favori de Luis-Leon Sanchez, qui a une nouvelle fois manœuvré à merveille dans l'échappée pour aller chercher la quatrième victoire d'étape de sa carrière sur le Tour de France. Handicapé pendant toute la première semaine de course par un poignet douloureux, l'Espagnol a tout de même persisté afin d'aider son équipe à retrouver le sourire après l'abandon de ses deux leaders, Robert Gesink et Bauke Mollema. C'est chose faite du côté de chez Rabobank, mais le peloton a aussi subi un sabotage au sommet du Mur de Péguère, de très nombreux coureurs ayant crevé en raison de clous jetés sur la route de la course. L'équité sportive a été sauvée par le sens de la responsabilité des coureurs de Sky et de Bradley Wiggins, qui ont choisi de temporiser pour attendre les coureurs attardés, dont Cadel Evans.

 

carte Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7577 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7579 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7587 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7588 Résolution de l'écran

 


 

 

Peguere-14-15-07 7594 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7598 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7608 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7612 Résolution de l'écran

Repost 0
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 19:27

Une fois l'étape du granier terminée, je rejoins vite ma Drôme natale, en direction de Valence. Comme prévu, je m'arrête quelques temps afin de préparer la suite de mon tour de france. Un fois tout chargé, je pars pour Montpellier où m'attend un "jumpy", mon nouveau partenaire de route. En effet, l'année dernière, j'inaugurai mon voyage en Partner, 2012 sera l'année du jumpy ! Pourquoi ce choix ? Parce que on s'habitue au confort: plus besoin de tente et plus d'espace que dans le Partner. Chaque année, j'évolue: peut être que quelques années je passerai au camping-car...oh non! quelle horreur ! Après une bonne nuit en bord de mer, je vais à l'aéroport de Montpellier, non pas pour prendre l'avion...mais pour prendre possession du jumpy que j'ai loué chez...National Citer. Avec le recul, cela aurait plu sympa de louer chez "Europcar" mais la 1ère agence était la mieux placée. J'arrive à l'aéroport en vélo où je me fonds dans la masse de touristes étrangers. Les formalités faites, je repars sans aucn problème avec le jumpy. Après avoir chargé tout le nécessaire du bon suiveur du tour de france, je prends la direction des pyrénées, 1ère étape: le Mur de Péguère.

En fin d'après-midi, me voilà tout près de mon objectif, de la vallée, je comprends vite que la soirée sera assez humide. Au fur et à mesure de la montée jusqu'au "Mur", le brouillard se fait plus dense et le "crachin ariégois" plus intense. Au sommet, il fait 9°C, quel contraste thermique avec Montpellier ce matin.

Je me gare sur l'échappatoire en direction de Saint-Girons à 500 m du sommet. Mon K-way sorti, j'inspecte les lieux. Un pauvre cochon est en train de griller sur la broche. Enfin, cela est quand même appétissant ! Un panneau plante le décor du lendemain, une pente de 18% sur les centaines derniers mètres avant le sommet du "Mur". La route me semble très étroite...Une famille espagnole ont mis leur tente à l'abri du "cabanon" au sommet. Pour finir, les traditionnels anti-ours ont déjà marqué de leur empreinte le bitume. Peut-être seront-ils responsables des crevaisons du lendemain ????

 

Peguere-14-15-07 7571 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7576 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7573 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7574 Résolution de l'écran

 

Peguere-14-15-07 7575 Résolution de l'écran

Repost 0
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 14:23

PROFIL Résolution de l'écran

Pour ce dernier jour dans les Alpes, les coureurs franchissent le col du Granier (1134m) à 8,6 % de moyenne depuis Poncharra. Aujourd'hui, c'est mon étape de repos en quelque sorte, puisque j'y monte en voiture, idéalement positionné à 1 km du sommet sur la route menant à chambéry, non emprunté par les coureurs.

Il y a beaucoup de monde au sommet ce qui rend impossible une bonne "caravane". On descend quelques lacets. La foule se fait moins dense. Je me rends compte que à ce moment-là de la difficulté de ce col de 1ère catégorie malgré la faible altitude...Pour la plis longue étape du tour, cette année, je verrai passer un groupe d'échappés sans grand enjeu. Au final, les étapes des Alpes ont été plutôt décevantes sans panache de la part des favoris. Heureusement que les français: Thomas, Pierre et Jérôme étaient là...Passons vite aux Pyrénées !

Résumé de l'étape:

La plus longue étape du Tour 2012 devait sourire à un infatigable rouleur. David Millar a pris place dans l'échappée du jour pour tenter sa chance à Annonay, au cœur d'un groupe de 19 coureurs, réduit à 11, puis à 5. Dans le final, le spécialiste des chronos a manœuvré pour provoquer un duel avec Jean-Christophe Péraud, qu'il a battu au sprint dans les 300 derniers mètres. Après le Futuroscope de Poitiers en 2000, l'étape de Béziers en 2002 et le chrono de Nantes en 2003, David Millar remporte sa quatrième étape sur le Tour de France. C'est également le quatrième succès britannique sur le Tour 2012, à ajouter à ceux de Cavendish, Froome et Wiggins. Une forme d'hommage à Tom Simpson, le jour du 45ème anniversaire de sa mort.

 

carte Résolution de l'écran

 

granier-13-07 7554 Résolution de l'écran

 

granier-13-07 7556 Résolution de l'écran

 

granier-13-07 7561 Résolution de l'écran

 

granier-13-07 7562 Résolution de l'écran

 


 

 

granier-13-07 7568 Résolution de l'écran

 

Repost 0
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 14:21

PROFIL1

Cette 2ème étape me conduit à La Toussuire, station de ski des Sybelles au-dessus de Saint-Jean-de-Maurienne. Déjà en 2006, la station fut le théatre d'une arrivée du Tour. "Floyd Landis" doit s'en souvenir...Moi aussi, puisque c'était l'année de mon arrivée dans la région.

Mon objectif du jour: monter en vélo depuis Saint-Jean les 18 km à 6,1 % de moyenne. Je sais que c'est possible puisque je l'avais déjà fait le printemps dernier.

Je pars vers les 10h en direction de la 1ère difficulté, la longue ligne droite assez raide le long de la carrière. Difficilement, j'arrive à Fontcouverte où je fais une halte pour éviter la fringale. A mi-chemin, ..c'est presque gagné !

A la bifurcation du corbier, je prends la route menant directement à la Toussuire. Eux les coureurs feront un détour par le Corbier. Les derniers kilomètres sont difficles et pénibles surtout sous le soleil. J'avoue avoir fait 1 ou 2 km à côté du vélo...Mais l'objectif est atteint ! Je suis au sommet ! Une pause gastronomique est bien méritée.

Ensuite, la caravane publicitaire nous occupe un bon moment sous un soleil de plomb. La distribution est dangereuse: les caravaniers lancent parfois des poignées entières de bonbons et autres babioles. Les gens se jettent dessus avant qu'ils ne touchent le sol. Déplorable...On s'installe sous un abri-bus en bois d'où je regarde toute cette effervescence.

 

Pour le passage des coureurs, on se positionne peu après la flamme rouge, plus au calme. Après Thomas, c'est le jour de Pierre Rolland. Enfin, la France se réveille...

Retour à Saint-Jean après une descente appréciable  le long de 18 km d'embouteillages.

 

Résumé de l'étape:

L'échappée du jour, qui a longtemps impliqué plus de 25 coureurs, a fondu sous l'impulsion des coureurs d'Europcar dans l'ascension menant au col de la Croix de Fer, et particulièrement de Christophe Kern, qui a préparé le terrain pour l'offensive de son leader. Alors qu'il n'avait plus que trois compagnons de route, Pierre Rolland s'est isolé dans les 10 derniers kilomètres, au plus fort de l'ascension finale vers La Toussuire, après avoir pourtant subi une chute en cours de route. En solitaire, le Français a résisté au retour du groupe Maillot Jaune, dans lequel Wiggins a pu contrôler les attaques de Nibali, et lâcher Cadel Evans. Rolland remporte sa deuxième étape sur le Tour de France, après l'Alpe d'Huez en 2011, et signe pour Europcar un deuxième succès consécutif après la victoire de Thomas Voeckler à Bellegarde-sur-Valserine.

 

carte Résolution de l'écran

 

toussuire-12-07 7531 Résolution de l'écran

 

toussuire-12-07 7532 Résolution de l'écran

 

toussuire-12-07 7535 Résolution de l'écran

 

toussuire-12-07 7536 Résolution de l'écran

 


 

 

toussuire-12-07 7541 Résolution de l'écran

 

toussuire-12-07 7552 Résolution de l'écran

Repost 0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 12:24

PROFIL2Mon tour de france 2012 commence avec le col du Grand Colombier (1501m) qui surplombe Culoz près du lac du Bourget. Je pars de Saint-Jean de bonne heure. Après une halte à Chambéry puis Yenne pour rejoindre mes compatriotes, je me gare à Anglefort près d'une ancienne carrière. Cela permet d'éviter le blocage et les embouteillages au pied de la montée à Culoz. C'est parti pour 14 km de montée à pied. La 1ère partie découverte nous ammène à un relais. La suite s'effectue sur une route à travers la forêt qui rejoint celle empruntée par les coureurs. Je pique-nique dans un champ à 5 km du sommet alors quelques rayons de soleil réchauffent enfin l'atmosphère. Le passage de la caravane est imminent, on se dirige en haut d'une ligne droite à 2 km du sommet.

 

Pour ma 1ère étape, j'ai la chance de voir passer Thomas Voeckler, futur vainqueur du jour, avec 3 compagnons d'échappée. Cette victoire est inespérée quand on sait que Thomas souffre de son genou depuis le départ du Tour...

Cette 1ère difficulté a surpris beaucoup de coureurs puisqu'elle crée des écarts importants.

 

Retour à Anglefort avec 14 km de marche à pied dans le sens inverse. Total de la journée: 28 km si mes comptes sont bons. Mes orteils s'en souviennent encore. Demain, direction la Toussuire...

 

Résumé de l'étape:

Coutumier des coups d'éclat, Thomas Voeckler s'est engagé en partant de Mâcon dans un défi relevé, en se glissant dans une échappée de 25 coureurs, qui s'est ensuite réduite à un quatuor dans l'ascension menant au col du Grand Colombier. Le Français, incertain pour le Tour de France à quelques jours du départ, a commencé par s'approprier le maillot à pois, puis s'est débattu dans le final face à quatre rivaux. Devancé par Dries Devenyns et Jens Voigt, Voeckler a porté son effort à 1,5 km de la ligne pour aller chercher sa troisième victoire sur le Tour de France, après ses succès à Perpignan en 2009 et à Bagnères-de-Luchon en 2010. Dans la lutte pour le sommet du classement général, Bradley Wiggins et ses coéquipiers ont su revenir sur Vincenzo Nibali, le seul à avoir su creuser un écart d'une petite minute avant de faire les frais du train Sky.

 

 

carte Résolution de l'écran

 

gd-colombier-11-07 7500 Résolution de l'écran

 

gd-colombier-11-07 7501 Résolution de l'écran

 

gd-colombier-11-07 7502 Résolution de l'écran

 

gd-colombier-11-07 7509 Résolution de l'écran

 

 

 

gd-colombier-11-07 7515 Résolution de l'écran

 

gd-colombier-11-07 7525 Résolution de l'écran

 

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 23:00

Cette année, l'annonce du parcours 2012 n'a pas tenu en haleine tous les amateurs de cyclistes (dont je fais partie). Suite à une publication involontaire du parcours sur le site du tour de france, les grandes lignes ont été vite connues.

Déjà, depuis quelques semaines, des noms de ville circulaient telles qu'Annonay, Saint-Jean-de-Maurienne (pour la région).

Alternance oblige, les Alpes ne seront pas le juge de paix d'un final en apothéose comme l'année dernière avec le clm de Grenoble. Ce n'est pas grave ! Les Pyrénées valent aussi le coup !

Nous aurons quand même un programme intéressant: le col du grand colombier et une arrivée à la Toussuire, qui néanmoins me rappelle un mauvais souvenir, notre "ami" Floyd Landis...Espérons que cette 2ème arrivée gommera la précédente...Il faudra quand même "escalader" deux cols mythiques avant la Toussuire: la Madeleine et la croix de fer.

Ce sera normalement l'ETAPE des Alpes.

Malgré des révélations anticipées, Christian prudhomme a su ménager le suspens. Les profils des étapes pyrénéennes ne sont pas encore publiées...

 

parcours-du-tour-de-france-2012

 

PROFIL2

 

PROFIL1

Repost 0
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 22:53

PROFIL

Voilà l'étape qui se révèlera décisive (comme prévu) avec l'aboutissement des efforts de Cadel Evans. Maintenant, je peux le dire, Andy Schleck avait ma préférence car il a osé attaquer très tôt dans l'étape du Galibier. Malheureusement, cela n'a pas suffi. On retiendra de Cadel, un vainqueur perséverant, régulier et polyvalent mais sans attaques ! Dommage...

 

Etant descendu en vélo de l'alpe d'Huez, je pars avec de l'avance sur mes compatriotes en direction de Grenoble. Je pars en éclaireur pour trouver un coin accueillant pour la nuit. Je roule bien sans trop de bouchons, étrange, je fais le plein d'eau à une fontaine dans le charmant village de vaulnaveys-le-haut. A la sortie, je tombe sur un grand rond-point avec à proximité le golf d'Uriage. Je discute avec un policier municipal qui me dit que plus haut c'est plein et qu'il est préférable de rester par là. Mes compatriotes me rejoignent et nous choisissons de nous installer à l'entrée d'Uri dans une charmante contre-allée qui me paraissait plutôt humide et sombre à première vue...

La dernière journée commence comme la première: sous la pluie ! Un brin de nostalgie m'envahit, mon périple est bientôt fini. Nous faisons notre dernière caravane le long du golf. Nous en profitons pour faire un bilan de notre butin après 4 étapes. Il est impressionnant !

Nous retournons voir passer quelques grands noms: Cavendish, Cancellarra, avant le repas de midi.

Puis, nous allons nous positionner plus haut à la sortie d'un joli virage pentu. Le ballet des coureurs commence avec un passage toutes les 2 minutes puis 3 minutes. J'égrène minutieusement les noms des coureurs dans l'ordre inverse du classement général de la veille. Des éclaircies se forment à l'approche des 10 derniers. Nous mesurons les écarts entre les favoris avec un chronomètre. Lorsqu'il passe devant nous, Cadel a déjà rattrapé son retard.

Andy vient de passer. C'est fini...

Tout en roulant en direction de Valence, je fais le bilan de TDF 2011: je suis convaincu par la fourgonnette aménagée. Cela aurait été assez difficile de supporter les conditions extrèmes de cette année dans les cols. Je pense déjà à l'année prochaine en rêvant d'un Expert ou d'un Jumpy...

 

Dominateur sur ce même parcours pendant le Critérium du Dauphiné, Tony Martin remporte le chrono final du Tour de France sans avoir réellement eu à défier Fabian Cancellara, pénalisé par la pluie qui tombait en fin de matinée. Bien plus tard dans la journée, un duel pour le Maillot Jaune était attendu à 24 heures de l’arrivée, entre les deux vice-champions des quatre dernières éditions du Tour. L’avance de 57’’ d’Andy Schleck ne lui a pas suffi pour conserver sa position. Redoutable spécialiste du contre-la-montre, Cadel Evans a signé le deuxième temps du jour pour partir à la conquête du Maillot Jaune. Il s’apprête, avec 1’34’’ d’avance sur son malheureux dauphin, à devenir le premier vainqueur australien du Tour, demain à l’arrivée à Paris.

 

CARTE

 

Et-20-Grenoble 5095 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5098 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5114 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5119 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5131 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5134 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5135 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5139 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5146 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5152 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5156 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5160 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5163 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5168 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5170 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5171 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5172 [1024x768]

 

Et-20-Grenoble 5173 [1024x768]

Repost 0

Nivoses et Vigicrues

Nivose de Bonneval  Nivose des Rochilles      Vigicrues (Pont Royal)       Savoie Routes

bonneval [1024x768]    rochilles [1024x768]    vigicrues.gif       savoieroute [1024x768] 

Fermetures cols 2012

Grand Cucheron (1188 m):OUVERT
Télégraphe (1570 m).........:
OUVERT
Glandon (1924 m)..............: FERME
la Madeleine (1993 m)......:FERME
Croix de Fer (2068 m): FERME
Mont Cenis (2083 m)........:FERME
Galibier (2647 m): FERME
l'Iseran (2770 m)..............: FERME

Archives

Articles Récents

Le fond d'écran du jour

Musique !


Découvrez P!nk!

Météo du jour

Saint-jean-de-Maurienne, 563 m (Savoie)


la webcam officielle de saint-jean:

 


Villard-de-Lans, altitude 1720 m (Isère)

 

Bulletin neige et état des pistes

webcams: cliquer sur l'image